Et après ?

d76fbf4059b6c0110add3d96881e010f

Bonjour guys ! Vous allez bien ? Tant mieux, moi aussi. Et sinon quoi de neuf ?  Ah oui, intéressant tout ça. Mais dites moi, vous faites quoi dans la vie ? Oui, parce que c’est bien joli tout ce que vous me racontez là, m’enfin c’est quand même important de savoir ce que l’autre fait ses journées durant, ce qui fait son quotidien et donc son identité. STOP ! Non, justement, je ne suis pas d’accord. Vous avez remarqué comme, lorsque l’on rencontre quelqu’un, la fameuse question  » Qu’est ce que tu fais dans la vie ?  » est vite posée ? Comme si nos études, notre métier, nous définissaient. Malheureusement, beaucoup de personnes ont une profession qui ne leur plait pas plus que ça, ne sont pas épanouis, voire complètement déprimés et au bord du burn out. Sans parler du nombre d’étudiants paumés qui ne savent pas pourquoi ils sont dans cet amphi, et encore moins ce qu’ils vont faire leur vie durant.

743e942a738ffc09de004dfb58d1f34a

Je suis passée par là. Droit, langues, communication, journalisme… énormément de choses m’attirent, et je suis incapable de dire : c’est ça que je veux être. Enfant c’était facile, je voulais être vétérinaire, puis étant données mes moyennes en matières scientifiques je me suis fait une raison. Je voulais ensuite être journaliste, puis bosser en politique, et après être chargée de communication pour une grande marque, avant de revenir aux sources et ne vouloir qu’une seule chose : écrire. Le journalisme correspond le mieux à ce plaisir qu’est pour moi l’écriture, une passion même. Etre rédactrice dans un magazine de mode est mon rêve depuis que j’ai vu « Le Diable s’habille en Prada« . Miranda Priesley ? C’est moi. Enfin, je suis plus sympa. Quoique…

Meryl-Streep_width1024

Depuis que j’ai mon blog, aucun jour ne passe sans que j’écrive. Je lis également beaucoup. Les mots sont tout pour moi, bien que seul le silence me permette une immersion complète en moi. Lorsque j’écris, je suis immergée dans mon monde intérieur, dans mon esprit, mon imagination, mes aussi mes souvenirs, mes sentiments, ma vérité, ma réalité. Ce n’est pas un moment de transe, plus de méditation en pleine conscience. Lorsque je lis un roman qui me plait, je suis plongé dans l’histoire et mon esprit s’évade de la même façon. Je ressens ce que les personnages sont supposés ressentir, je me mets dans les situations décrites, parfois même il m’arrive de deviner le mot qui suit, ce qui me rend fière car c’était comme si l’auteur et moi nous comprenions. J’ai surtout finis par comprendre qu’au delà d’écrire des articles pour le blog ( ce que j’adore ), et qu’au delà de vouloir écrire des articles en tant que, je l’espère, un jour une journaliste, ce que je souhaite c’est d’écrire des romans. Je n’ai pas la prétention de dire que mes histoires sont transcendantes, mais je crois sincèrement que lorsque l’on est passionné, les gens le ressentent. Lorsque l’on se plonge corps et âme dans une tâche, quelle qu’elle soit, le résultat est là.

d4527aeaf65a31dbe7b2df684079e0fc

Je pourrais passer mes journées à lire et à écrire. Rien ne m’en empêche, à part le fait que cela ne rapporte aucun argent. A moins d’être écrivain, critique littéraire, travailler pour une maison d’édition… Le tout est de parvenir à être une de ces personnes. Ou plutôt non. Le tout est que moi, en tant que personne à part entière, parvienne à réaliser mon rêve. Nous avons tendance à nous comparer aux autres, à dire  » Je veux être comme telle ou telle personne ». Avoir un modèle c’est bien, mais il faut s’en inspirer et non pas le copier. A vouloir être quelqu’un d’autre, nous ne sommes plus personne. Trop de pression est mise sur nous, et ce dès le collège, particulièrement en classe de troisième. C’est normal cela dit, car il s’agit de décider si nos préférons aller dans un Lycée général ou une filière pro. Mais les choses ne s’arrangent pas avec les années. « Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? »  – « Euh… plus tard c’est -à-dire pour le reste de ma vie ? Je n’en sais rien, j’ai 16 ans, je vais sans doute changer d’avis ». Eh oui ma grande, ce sera sans doute le cas, comme pour beaucoup d’entre nous. Mais nous avons beau tous passer par là, on oublie vite que nous étions, nous aussi, des adolescents paumés, et que nous sommes toujours les mêmes, à ceci près que nous sommes devenus adultes. A quel moment avons-nous abandonnés nos rêves d’enfant ? Ce n’est pas ridicule que de vouloir poursuivre ses rêves. Bon, si vous rêvez de vivre sur la Lune je conçois que cela sera compliqué, mais si vous voulez quitter la ville et votre boulot de trader et partir vivre à la campagne devenir berger, que’ est-ce qui vous en empêche hum ? Ou devenir prof de yoga, ou partir en mission humanitaire, ou vous mettre à la peinture ? Qui a le droit de vous dire « Non » ? Vous seul vous mettez des barrières, moi aussi, eux aussi, tout le monde. Mais rien n’est perdu, il n’est jamais trop tard. La prise de conscience doit mener à l’action. Certes cela peut s’avérer très dur. Manque d’argent, partir loin de ses proches, affronter ses propres peurs… C’est pourtant le seul moyen. Si on ne se lance pas, les choses ne viendront pas toutes seules.

566b3c02dd1be5480c864d31d50208c8

Je crois au Karma, ce lien de cause à effet entre ce que l’on pense, ce que l’on dit, ce que l’on fait. Le mal attire le mal, et le bien attire le bien. Une décision, un choix, peut avoir des conséquences positives comme négatives. Tout dépend de ce qui motive ce choix et des actions qui seront menées par la suite. La déception et l’échec sont toujours à craindre, mais vivre dans la peur n’est pas vivre, c’est se cacher. Nous vivons tous avec nos peurs, on ne s’en débarrasse jamais, mais vivre malgré elles nous rend plus forts, et cette rage donne à la vie toute sa valeur, son importance. Nous sommes tous condamnés à mourir, la date étant inconnue. Alors autant en profiter pour faire ce que l’on aime non ? Pour être qui nous sommes. Mais qui sommes nous ?

woman-865021_960_720

Arrêtons de vouloir être telle actrice, tel homme politique ou je ne sais quoi. Il faut prendre le temps de se poser avec soi-même, et surtout de se poser les bonnes questions : qu’est ce que je veux ? Qu’est ce qui me passionne, m’épanoui ? Quelle trace je veux laisser ? Comment est ce que je souhaite que l’on se souvienne de moi ? Qu’est me qui me rend heureux, me fait sourire ? En étant au calme avec pour seul compagnon soi-même, les réponses à ces interrogations arriveront vite. Ce n’est pas évident de mener cette introspection car le risque est de trouver ce que l’on veut et d’être frustré de ne pas l’avoir. Mais il ne faut pas régir avec fatalité et déprimer. Au contraire, c’est le moment d’agir, de se dire « Il faut que je fasse quelque chose. » Et la frustration laisse place à la motivation car nous avons un objectif, un but à atteindre, et ce dernier sera choisis et non pas par défaut. En effet, des objectifs nous en avons tous, qu’ils soient scolaires ou professionnels. Mais is sont associés à des devoirs, des obligations, des contraintes, et du stress. Là, il s’agit d’un objectif personnel destiné à nous épanouir, nous rendre heureux, et pourquoi pas donner du sens à notre vie ? Bon, je divague et cet article va finir par devenir une thèse sur le bonheur et le sens de la vie.

5f028aac666d8920c7ca40dacf3cde7d

En écrivant ces lignes, je souhaitais vous rassurer en vous disant que nous faisons tous des choix qui peuvent s’avérer ne plus nous convenir, que nous sommes tous perdus à un moment donné, et aussi que nous changeons avec le temps. Dans quelques années, ce qui nous motive pourra être différent. D’où l’intérêt de mener cette introspection régulièrement, de s’écouter, de s’accepter, de s’aimer.  Arrêtons de nous comparer, de nous dévaloriser, de complexer et de nous plaindre. Agissons pour être nous-même, sans a priori sur nos capacités. En ce quitte concerne, j’espère qu’un jour un livre avec mon nom imprimé dessus sera publié. Je ferais tout pour devenir écrivain, même si cela ne me permet pas de vivre de l’écriture et que je dois avoir un emploi à côté. Mon dieu, je rêve déjà de cet ouvrage écrit par moi dans les librairies ou à la FNAC. Mais pourquoi ce rêve ne se réaliserait-il pas ? Il me suffit d’écrire un manuscrit, de l’envoyer à des éditeurs et de voir s’il y a de quoi être publié. Alea Jacta Est. Si l’on ne se donne pas les moyens, si l’on essaie pas, on ne saura jamais. Alors je le ferai, je l’écrirai, l’enverrai, et je recommencerai jusqu’à ce que mon rêve se réalise. Faite de même, n’abandonnez jamais, il s’agit de votre vie. Beaucoup de gens vous tourneront le dos, vous trahiront, alors ayez confiance en vous,  restez fidèles à vos valeurs et à votre être. Je vous souhaite de réaliser vos rêves et que le bonheur vous submerge d’un flot d’émotions magnifiques et vitales.

Bisous, Marion. 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s